Représenter et créer les représentations nationales : le cas français aux Jeux Olympiques de Rio. Instruments d’une sociodicée.

Nous souhaitons revenir sur un phénomène qui dans la doxa, relève de l’évidence au point d’être presque naturalisé, mais qui  repose en réalité sur une sociodicée[1] de la compétition sportive, appuyé par des instruments de représentation[2]. Il n’y a en effet rien d’évident à ce que des spectateurs s’identifient à des sportifs, partagent leurs émotions, leur volonté de victoire, quand bien même ils n’ont eux aucun profit symbolique ou matériel à attendre de cette dernière. Ils n’engagent pas non plus dans la compétition leur estime et leur considération, si bien que c’est uniquement par la mise en œuvre d’instrument de représentation qui comme les instruments de politique publique définis par Lascoumes et Le Galès[3], sont en apparence neutres mais engagent des conceptions politiques et produisent des effets non-négligeables, que le spectateur peut être déçu d’un échec qui a priori ne le concerne en rien. Ces instruments de représentations sportives construisent une sociodicée du sportif qui le transforme en représentant national, et dès lors qu’il est représentant national, il n’engage plus seulement lui-même dans la compétition mais aussi l’image de sa nation qui se trouve en concurrence avec d’autres nations. Les maillots sportifs, c’est une évidence que de le dire, sont des  uniformes qui  marquent l’appartenance de l’athlète, mais n’effacent pas ses caractéristiques particulières. L’acte sportif conté comme exploit individuel, le sportif transformé en héros ne font que renforcer la performativité du discours visant à l’instituer en représentant d’une nation qui à travers ses actes sportifs, et parfois même en dehors du stade, engage l’image de la nation toute entière.

Nous nous intéresserons ici au cas français lors des Jeux Olympiques de Rio qui se sont tenus en août 2016. Nous expliquerons comment, dans ce contexte, les acteurs politiques et sportifs ont construit une sociodicée des Jeux Olympiques comme enjeu national. Pour comprendre cette sociodicée et ses instruments, nous devons les restituer dans leur historicité- l’inconscient c’est l’histoire – et dans la période très particulière, pour le cas français, dans laquelle se sont déroulés ces jeux olympiques.

 

I-Jeux olympiques et construction nationale

1-La mythologie olympique

 

Les sources que l’on peut trouver dans la mythologie grecque quant à l’origine des jeux olympiques sont contradictoires, mais nous pouvons en dégager une signification très claire et transversale aux différentes versions. Homère fait de nombreuses références à des jeux sportifs, qu’il s’agisse de rites funéraires, (hommage à Patrocle dans le chant XXIII de l’Iliade) initiatiques, matrimoniaux. La référence la plus claire à ce qui pourrait être les jeux olympiques est faite au chant XI de l’Iliade lorsque le poète évoque des courses de char dans la plaine d’Elis. La première ode olympique de Pindare, célèbre la victoire d’Hérion  en narrant la victoire de Pélops à la course de char contre le roi de Pise en Elide (qui est confondue avec Olympe ici.), Oenomaüs, pour épouser sa fille, Hippodamie. L’alternative pour les prétendants est simple, le mariage en cas de victoire, la mise à mort en cas de défaite. Pélops vaincra le roi grâce à l’aide de Poséidon. Selon Pindare, c’est non loin du tombeau de Pélops,  où sont célébrés le vainqueur et les victimes d’Oenomaüs que se déroulent les combats olympiques, sans que l’on puisse déduire des dires du poète, un lien direct entre les jeux olympiques et la victoire de Pélops.  L’autre origine des jeux olympiques dans la mythologie grecque est la visite d’Iphitos, roi d’Elide à l’oracle de Delphes, à la recherche d’une solution pour faire cesser les guerres qui ravagent la Grèce. Suite aux conseils de l’oracle, il restaura « la trêve sacrée » et les jeux olympiques[4].

Ce détour par la mythologie est heuristique pour comprendre les jeux olympiques modernes. Trois éléments essentiels ressortent de ces mythes : l’affirmation de la puissance virile,  à travers les jeux comme rites matrimoniaux, la solennité à travers les rites funéraires, la pacification à travers la trêve sacrée.

Ces caractéristiques se retrouvent à la naissance des jeux modernes, la solennité est marqué par la cérémonie d’ouverture et de clôture, les épreuves sportives sont l’occasion pour les participants d’affirmer leur virilité dans un contexte de concurrence entre nations. (Nous verrons ce que la conception de la virilité masculine moderne doit à l’émergence des nations.) La paix et la concorde entre nations est aussi une des valeurs affichés dès le départ par l’olympisme moderne.

 

2-Jeux olympiques et construction nationale.

 

« Il y a incontestablement, en Europe, depuis le milieu du XIXe siècle, un « air du temps olympique » : « Promenades olympiques » du petit séminaire du Rondeau près de Grenoble (1832-1906), Jeux à l’antique financés par le patriote grec Zappas (1859, 1870, 1875, 1877, 1889, 1891, 1893), fouilles de l’Allemand Ernst Curtius à Olympie (1875-1881), Jeux Olympiques de Much Wenloch organisés dans le nord de l’Angleterre par le Dr Brooks depuis 1852.

Victime souvent consentante de la propagande coubertinienne, « l’historiographie olympique », souvent française, mais aussi allemande, a longtemps crédité Pierre de Coubertin (1863-1937) d’un rôle majeur, central, voire unique, dans la genèse et le développement des premiers Jeux Olympiques modernes, d’Athènes 1896 à Paris 1924[5]. »

Les jeux olympiques modernes doivent beaucoup plus à une époque qu’à une initiative individuelle.  Le Congrès international sur l’amateurisme qui se tient à la Sorbonne en juin 1894, rassemble des congressistes très homogènes, souvent docteur ou haut-fonctionnaire. L’intérêt au rétablissement des jeux est surtout marqué chez le grec Démétrios Békélias, directement mandaté par les autorités grecques et le français Pierre de Coubertin. Tous les congressistes sont fortement marqués par les valeurs de leur temps, libéralisme et patriotisme.

La tentative de Pierre de Courbertin de restaurer les Jeux Olympiques n’est d’ailleurs pas la première. Deux éléments sont essentiels pour comprendre la renaissance des jeux olympiques, d’une part le nationalisme d’une période marquée par l’effort de construction nationale, notamment en Grèce qui a bien sûr ici une importance particulière, et le philhellénisme européen suite à la guerre d’indépendance contre l’empire ottoman (1821-1829).

Les Jeux Olympiques sont crées dans un contexte où la construction nationale est achevée en Europe occidentale et si elle ne l’est pas en Europe centrale et orientale, le nationalisme a, dans ces pays depuis longtemps marqué les esprits, comme le montre le printemps des peuples en 1848 ou encore les œuvres nationalistes, (Ma Vlast (Ma patrie) de Bredrich Smetana,  les compositions de Béla Bartok) qui célèbrent la culture et les paysages de pays encore dominés par l’Empire austro-hongrois.

La création des Jeux Olympiques se fait à partir d’un cadre international sur la base d’arrangements diplomatiques entre nations.

Le nationalisme grec est une des motivations principales pour le rétablissement des Jeux. Les premières olympiades modernes sont créées par décret royal grâce au soutien financier du patriote Evangélis Zappas, un combattant de la guerre d’indépendance. Ces jeux seront cependant un échec organisationnel considérable puisqu’ils se terminèrent en émeute. D’autres olympiades eurent lieu en 1870, en 1875 puis en 1888 dans l’indifférence générale. Ces évènements ont tout de même une importance non-négligeable, ils marquent une volonté politique de rétablissement des jeux olympiques dans un objectif de construction nationale. La monarchie danoise[6] qui accède au trône en 1963 souhaite à travers les jeux asseoir son pouvoir et sa légitimité mais aussi redonner une existence diplomatique à la Grèce. Démétrios Békélias, congressiste grec à la Sorbonne en 1894, auteur et traducteur est d’ailleurs un promoteur acharné de la culture grecque en Europe. Il jouera du philhellénisme des congressistes pour que les premiers jeux modernes se tiennent à Athènes en 1896 et non à Paris à l’occasion de l’exposition universelle de 1900 comme l’aurait souhaité Pierre de Coubertin.

Le philhellénisme est un élément de contexte à prendre en compte pour comprendre le rétablissement des Jeux. Au-delà du soutien des élites et de l’opinion publique à l’indépendance grecque, celle-ci permettra une redécouverte du passé antique, où les modernes trouvent a posteriori, le reflet de leurs propres valeurs.

C’est la concordance des intérêts grecs et français qui permettra le rétablissement des Jeux olympiques. Pierre de Courbertin y voit un moyen de développer les sports et un effet pacificateur.

« Un des aspects de l’olympisme qui a le plus impressionné P. de Coubertin, c’est la trêve. Il était très attaché à l’idéal de paix et de fraternisation entre les peuples. Bien qu’appartenant à une génération traumatisée par la défaite de la France face à la Prusse en 1870, il a toujours dénoncé l’esprit de revanche de ses contemporains comme une « conception fausse et mesquine du patriotisme ». Ainsi fixa-t-il la paix, la compréhension et le respect mutuel entre individus, nationalités et races comme un des objectifs principaux des Jeux rénovés. Même si la trêve antique avait une tout autre signification, l’interprétation que Coubertin en proposait renforçait l’institution qu’il fondait en lui donnant la caution du passé antique[7]. »

Ainsi, la  catégorie nationale a très fortement marqué les Jeux Olympiques modernes, comme les autres grandes compétitions sportives internationales, du fait de leur  contexte d’émergence. Dans le cas de la création des Jeux Olympiques modernes, le nationalisme grec est également un facteur d’explication. La dimension internationale  est un pré requis à la constitution des sportifs olympiques comme représentants nationaux, ce qui ne pouvait être le cas dans les premières tentatives grecques. C’est sur cette base que va pour se développer une sociodicée nationale des Jeux Olympiques  Pour comprendre plus spécifiquement la performativité des instruments de représentation dans le cas des Jeux Olympiques de Rio, il est nécessaire de revenir sur le contexte français qui précède.

II-Les instruments spécifiques mis en œuvre pour Rio.

1-Le contexte français.

 

Les attentats perpétrés en France et les commémorations solennelles qui les ont suivies qui ont rassemblé un nombre de personnes rarement atteint dans l’histoire de France lors de manifestations publiques ont contribué à produire un fort sentiment d’appartenance nationale. (Emile Durkheim et Max Weber[8] insiste sur l’importance de la mémoire et de sa transmission dans la communalisation nationale. Le premier met également en avant le rôle des moments d’effervescence[9] ou de nationalisme chaud[10], ici les deux critères, mémoire et effervescence sont réunis.)

La coupe d’Europe de football qui développe des instruments de représentation (médiatiques, politiques) semblables à ceux des jeux olympiques en tant que sociodicée sportive se déroule un mois avant ceux de Rio en France. Le contexte est particulièrement propice pour créer une conscience nationale autour des jeux. Tout cela fait que les instruments de représentations n’en seront que plus efficaces.

2-Les instruments de représentations

 

Le tableau des médailles, mis en place par le Comité international Olympique  agrège les récompenses obtenues par nation et établit un classement de ces nations par systèmes de points. C’est un des instruments de représentation qui permet d’identifier le sportif comme un représentant national. Ainsi à travers sa victoire ou son échec, il engage plus que sa réussite individuelle mais aussi l’ensemble de la nation qui peut se retrouver plus ou moins bien classée selon son résultat.

Un endroit spécifique, le Club France a été mis en place à Rio, logé à la Sociedade Hipica Brasiliera, pour les spectateurs et athlètes français. Il permet aux spectateurs et athlètes de se retrouver et d’y venir célébrer les médailles. Cet instrument de représentation consiste à créer un espace national hors de France, situé sur le lieu de la compétition, hautement chargé en symbole nationaux et vise à produire de la communalisation nationale dans un contexte très internationalisé. François Hollande, président de la République, lors de sa visite à Rio le 4 et 5 août 2016, a visité le Club France et y a donné une conférence de presse. Il a d’ailleurs à cette occasion rappelé les attentats perpétrés en France en indiquant que «  les valeurs de l’olympisme sont très importantes au moment où des actes de barbarie se produisent ». Lier les deux évènements n’est pas neutre et permet de renforcer la conscience nationale autour des jeux olympiques, en faisant référence au caractère pacificateur du sport,  élément essentiel de la sociodicée olympique. Notons également que la Marseillaise fut entonnée avec ferveur par l’ensemble des participants à la fin de la conférence de presse.

La visite présidentielle qui s’étend sur deux jours permet à François Hollande de rencontrer le président du Comité International Olympique ainsi que les délégations étrangères en vue de promouvoir l’organisation des jeux olympiques à Paris en 2024. Il est d’ailleurs accompagné par Anne Hidalgo, maire de Paris. La candidature de la ville de Paris à l’organisation des jeux olympiques et l’enjeu de promotion autour des jeux de Rio permet aussi de créer une conscience nationale dans un contexte où la France se retrouve en concurrence avec d’autres nations.

Le presse écrite et la télévision française ont sans doute joué le rôle principal en tant qu’elles sont l’intermédiaire entre les sportifs et les politiques, producteurs de représentation nationale et le public de l’autre qui adhèrent à cette représentation à la fois symbolique et descriptive, selon la typologie d’Hanna Pitkin[11].

mychart

Le graphique montre que la presse écrite française augmente progressivement les sujets consacrés aux jeux olympiques à partir du début de l’année 2016 et sensibilise ainsi l’opinion nationale à cette question.  Les jeux olympiques sont plus évoqués dans le mois qui les précède que durant le mois où ils se déroulent. Nous pouvons l’interpréter comme un effort de mobilisation du public à cet enjeu.

 

Les reportages sur les origines locales des athlètes, leur profession, autrement dit la dimension descriptive de la représentation, permet de créer une identification chez le public. L’indentification  locale, loin d’être opposé à l’identification nationale la renforce par l’imprégnation  de la catégorie nationale des groupes locaux et par la quotidienneté des rapports qu’entretiennent dans ces groupes l’individu.

Maurice Halbwachs nous aide ici à penser « l’interpénétration du quotidien et du national »

« Dans ce cadre, l’hypothèse forte d’Halbwachs est qu’on ne peut comprendre l’incorporation du national que parce que tous les groupes, qu’ils soient familiaux, professionnels ou locaux, sont, de manières différenciées, marqués par l’empreinte du national. C’est par le biais de ces groupes, au sein desquels l’individu est immergé quotidiennement, que le national conditionne le « psychique individuel » et que se produit une socialisation plurielle et un sentiment d’appartenance. (…)

Interpénétration d’abord, car les groupes économiques, familiaux et locaux tendanciellement nationalisés constituent les principaux vecteurs de l’incorporation du national. Nombres d’exemple de La Mémoire collective illustrent comment l’histoire nationale extérieure à l’individu s’ancre dans la quotidienneté et le for intérieur des acteurs par le biais du groupe domestique et de la matérialité de l’espace vécu. Que ce soit la décoration, l’ameublement, la topographie de l’habitation et du quartier ou encore l’attitude et les récits des adultes, ces groupes inscrivent la nation dans l’environnement immédiat des acteurs mêmes les plus éloignés du foyer. Interpénétration ensuite, car les normes du foyer ne sont pas reproduites à l’identique dans les autres groupes sociaux. Suivant les propres mots de l’auteur, elles sont « traduites », « transposées» en fonction des intérêts, des univers de sens et de croyances propres à chaque foyer. Si le langage est un cadre social nationalisé, il est retraduit en fonction du groupe dans lequel il est utilisé[12]. »

Ici la retraduction est opérée par les journalistes. En présentant un sportif comme  « issu des banlieues » ou des campagnes, d’une région particulière, ils font appel à la mémoire du public qui a inscrit des catégories nationales dans ses représentations locales.

3- Comparaisons historiques et internationales : le cas de l’URSS et de l’Ethiopie.

 

Dès 1928, l’URSS tente de mettre en place une compétition équivalente aux jeux olympiques les Spartakiades internationales[13].  Après son acceptation au Comité internationale Olympique, le 7 mai 1951, elle participe aux Jeux olympiques d’Helsinki en 1952 puis à Melbourne en 1956. Les sportifs sont utilisés comme des outils de promotion du communisme, non seulement dans les performances sportives, mais aussi par une éducation à la culture et à l’histoire du pays d’accueil, par des consignes très strictes et explicites en matière de comportement. Le sportifs visitent également des usines, participent à des conférences, vont à la rencontre des habitants… Les déplacements internationaux servent aussi à renforcer la conscience politique et nationale des athlètes puisqu’ils sont l’occasion de visiter les lieux symboliques du mouvement communistes mondial.  Renforcer la conscience nationale d’élites sportive est sans doute un moyen indirect de renforcer celles de l’ensemble des citoyens, dans une communication à double étage[14].

Ici le cas est extrêmement proche de ce que peuvent mettre en place d’autres nations (recréer des espaces nationaux à l’étranger, création d’une conscience nationale, promotion internationale) à un détail près, il s’agit ici de représenter et créer les représentations d’une nation mais aussi d’une idéologie.

L’Ethiopie est également un cas intéressant de nationalisme sportif. Comme le note Benoît Gaudin[15], le sport a été importé en Ethiopie par les colonisateurs, il devient pendant tout le premier vingtième siècle, un espace où s’exprime un patriotisme qui consiste à vouloir battre le colonisateur sur son propre terrain. Ce n’est qu’avec l’invasion italienne et après la seconde  guerre mondiale que le sport deviendra nationaliste. L’auteur montre que loin, d’être lié à des caractéristiques biologiques souvent évoquées, les succès de l’athlétisme éthiopiens sont fortement corrélés à l’émergence de cette discipline comme nationaliste et non seulement nationales car se met en place, à partir des Jeux Olympiques de Melbourne en 1956, où il y a absence totale de résultats sportifs,  « une exacerbation des enjeux d’une participation olympique » qui va conduire en Ethiopie à la mise en place d’institutions et programmes visant à la réussite de l’athlétisme éthiopien  lors des Jeux de Rome en 1960 qui remporte le marathon, grâce notamment à l’importation des méthodes d’entraînement scandinave,  ce qui permet d’écarter les explications biologiques de la réussite des athlètes éthiopiens lors des épreuves de fonds.

Ce cas est particulièrement remarquable, car nous voyons ici se développer une sociodicée de l’enjeu sportif comme enjeu national nettement différente du cas de la France ou de l’URSS puisqu’elle est fortement liée au passé colonial.

 


 Conclusion : Questionner la sociodicée : les critiques de l’histoire dominante des Jeux.

 

Comme le note Pierre Bourdieu,  « Pour étroite que soit la correspondance entre les réalités ou les processus du monde naturel et les principes de vision et de division qui leur sont appliqués, il ya toujours place pour une lutte cognitive à propos du sens des choses (…) L’indétermination partielle de certains objets autorise en effet des interprétations antagonistes[16]. »

Ainsi, les jeux olympiques peuvent aussi être interprétés dans leur dimension politique, économique, et non pas seulement  à partir de catégories sportive et nationale.

Les critiques politiques faites aux Jeux visent à briser la représentation des Jeux comme évènement sportif,  pour le présenter comme évènement commercial et le dénoncer sur le mode antilibéral[17].  Les Jeux de Pékin en 2008 ont été dénoncé en raison de l’absence de respect de la Déclaration universelle de droits de l’homme. Les instances sportives avaient d’ailleurs fait valoir à cette occasion que les jeux olympiques ne se préoccupent pas de politique mais seulement de sport, ce qui est dans le discours un retour à la sociodicée des jeux olympiques comme trêve ou le conflit politique doit être tu.  Des articles sociologiques ont quant à  eux montré  « le travail dénié »  autour des jeux lié à l’éthique du désintéressement et à la négation de leurs dimensions économiques[18] ou le caractère massif  de la précarité et de l’échec sportif[19] contre une sociodicée qui présente avant tout le sport dans le registre de la réussite et de la victoire. Questionner les représentations qui  sont produites autour des évènements sportifs internationaux permet de montrer que les liens entre sport et nation n’ont rien a priori d’évident, qu’il relève d’une construction historique et d’expliciter les mécanismes de cette construction  historique qui doivent au temps long  aussi bien qu’à une réactivation récurrente, via des instruments de représentation, d’une sociodicée du sport comme enjeu national.

 

 

[1] Sur la notion de sociodicée, voir Pierre Bourdieu, La domination masculine, Seuil, 1998.

[2] Yves Déloye, Sociétés, pouvoirs, représentation, Séminaire, IEP de Bordeaux, Septembre 2016-Décembre 2016.

[3] Charlotte Halpern, Pierre Lascoumes et Patrick Le Gallès définissent un instrument de politiques publiques de la manière suivante : « dispositif à la fois technique et social qui organise des rapports sociaux spécifiques entre la puissance publique et ses destinataires en fonction des représentations et des significations dont il est porteur » in. Dir. Charlotte Halpern, Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès, L’instrumentation de l’action publique. Controverses, résistance, effets, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Gouvernances », 2014, p.17.

[4] La mythologie parle ici de restauration bien qu’aucun évènement de ce type ne soit évoqué de manière certaine antérieurement.

[5] Patrick Clastres, La renaissance des Jeux Olympiques, une invention diplomatique, Outre-Terre 2004/3 (no 8), p. 281-291, pp.281-282.

[6] Suite au renversement d’Othon Ier, Guillaume de Danemark est proposé par les puissances protectrices (France, Grande Bretagne, Russie) et élu par l’assemblée nationale grecque en 1863.

[7] Françoise Étienne et Roland Étienne, Les Jeux Olympiques de 1896 : réflexions sur une renaissance, Études balkaniques numéro 11 ; 2004, p.6

[8] Émile Durkheim, La science sociale et l’action, Paris, PUF, 1987, p. 170  et Max Weber,

Économie et société, tome II, Paris, Pocket, 1995, p. 141.

[9] Olivier Ihl, La fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996, p. 19.

[10] Michael Billig, Banal Nationalism, Londres, Sage Publications, 1995, pp. 43-46.

 

[11] Hanna Fenichel Pitkin, The concept of representation, University of California Press, Berkeley, 1967.

[12] Sylvain Antichan,  Penser le nationalisme ordinaire avec Maurice Halbwachs ,

Raisons politiques 2010/1 (n° 37), pp. 17-26, pp. 19, 21,22.

[13] Sur l’utilisation des sportifs comme représentants par le régime soviétique voir Sylvain Dufraisse,  Démontrer la puissance et parfaire les esprits. Pratiques et objectifs des délégations sportives soviétiques à l’étranger, 1952-fin des années 1960, Les Cahiers Sirice 2016, numéro 16, pp. 35-45.

[14] Sur la nation de communication à double étage voir  Paul Lazarsfeld,, Bernard Berelson, Haezl Gaudet, The People’s Choice: How the Voter Makes Up His Mind in a Presidential Campaign, Columbia University Press, New York, 1948 et Elihu Katz, The Two-Step Flow of Communication: An Up-To-Date Report on an Hypothesis, Political Opinion Quarterly, numéro 21, pp. 61-78.

[15] Benoît Gaudin,  Athlétisme et nationalisme dans l’Éthiopie des années 1920-1960, Sciences sociales et sport 2008, numéro 1, pp. 49-78.

[16] Pierre Bourdieu La domination masculine, op.cit., p.28

[17] Albert Jacquard, Halte aux Jeux, Paris, Stock, 2004,

[18] Sébastien Fleuriel,  Le travail dénié et les jeux olympiques : entre passions et intérêts, Sociétés contemporaines 2006, numéro 63, pp. 85-103.

[19] Sébastien Fleuriel, Les Jeux olympiques. Des athlètes précaires au service de dirigeants vertueux, Savoir/Agir, 2011, numéro 15, pp. 33-38.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.