Lecture critique : City of Rents: The limits to the Barcelona Model of urban competitiveness

Lecture critique de l’article  de Greig Charnock, Thomas Purcell & Ramon Ribera-Fumaz.

 

La construction du problème par les acteurs : la ville comme espace compétitif.

L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique), l’UE (Union Européenne) ont conçu l’échelle métropolitaine (urban scale) comme territoire idéal pour mener des politiques de compétitivité, dans une construction du problème qui rend les villes responsables de leur situation économique. Il est intéressant de noter que cette formulation du problème en termes de compétitivité introduit un changement d’instruments[1] dans les politiques économiques qui auparavant étaient surtout pensées à l’échelle nationale en termes de politiques budgétaire, monétaire, commerciale. Elle introduit aussi un nouveau paradigme[2] celui des « competitives cities »[3]. L’introduction de ce nouveau paradigme ne remplace pas l’ancien, puisque les Etats sont toujours tenus pour comptables, à la fois par les citoyens et par les institutions européennes de l’état des indicateurs économiques nationaux. Pour le dire autrement, le problème du résultat économique n’a pas été entièrement déplacé à l’échelle métropolitaine.

« Cities must enhance their competitiveness or suffer the consequences of economic decline, social disintegration, and urban decay (…) Furthermore, it is widely accepted that the urban scale can better foster a ‘milieu of innovation’[4] »

La construction du problème peut être résumée ainsi :

1) Le capitalisme est aujourd’hui fondé sur une économie du savoir et de l’innovation

2) Les villes sont le milieu par excellence de l’innovation

3) Les villes sont en concurrence pour capter cette nouvelle activité économique et doivent donc se rendre compétitive.

Le paradigme des « competitives cities » s’inscrit plus globalement dans un paradigme néolibéral d’extension de la concurrence, ici aux métropoles.

Le cadrage théorique : une réflexion appuyé sur une théorie marxiste de la plus-value.

L’étude du modèle barcelonais de compétitivité est opérée avec la théorie marxiste de la plus-value et la compréhension des processus urbains de David Harvey qui applique le concept de plus-value à son objet.  Le projet urbain qui vise à développer l’économie du savoir (Knowledge based economy) à Barcelone est  analysé comme une captation des rentes urbaines, conduite par des agences publiques, des promoteurs où la propriété et le terrain est vu comme un produit financier sur lequel il faut maximiser le profit.

Cadrage historique : un projet qui s’inscrit dans une trajectoire urbaine.

La régénération urbaine de Barcelone commence avec les JO et se poursuit jusqu’en 2011. La particularité du modèle barcelonais est le  rôle central de la municipalité comme planificateur. La régénération du quartier de Poblenou (le projet 22@) sur lequel se concentre l’article, s’inscrit dans une volonté politique plus large de sortir l’économie barcelonaise de sa dépendance au tourisme.  Le flou sémantique qui entoure la notion de Knowledge Base Economy (KBE)  et l’absence d’identification de facteurs qui peuvent influencer sa réussite  font que les auteurs renoncent à fonder une étude scientifique en ces termes. Nous verrons cependant que l’utilisation abondante d’éléments doxiques (sources journalistiques et institutionnelles) n’est pas sans poser problème par ailleurs dans cette étude.

Définition des concepts.

L’emploi de la notion de plus-value permet de mettre en lumière les facteurs matériels du renouvellement urbains. L’analyse se concentre sur le financement de la captation de la valeur (Value Capture Financing) par le conseil municipal en  stimulant l’investissement privé, plus simplement sur les levées de fonds par le conseil municipal en vue d’opérations immobilières. Cette logique de captation de rente et de spéculation financière n’a rien à voir avec une organisation efficace des moyens de production et d’échange, ce qui aura des conséquences directes en termes d’écart entre les objectifs affichés (développer l’économie du savoir et de l’innovation) et le résultat final du projet.

Les auteurs reprennent la définition de K. Marx de la rente immobilière que David Harvey reprend pour expliquer les processus urbains dans le capitalisme actuel :

 

« Following Marx, in Volume III of Capital, we begin with the claim that the basis of ground-rent in capitalism is ‘that certain persons enjoy the monopoly of disposing of particular portions of the globe as exclusive spheres of their private will to the exclusion of all others’[5] »

 

« For Harvey, urban monopoly rents can arise in two, often intersecting, scenarios: first, indirectly, when ‘social actors control some special quality resource, commodity, or location, which in relation to a certain kind of activity, enables them to extract monopoly rents from those desiring to use it’ (Harvey, 2001: 395); and second, directly, when land itself is traded, such as through real estate investment speculating upon future values, denoting that it is the uniqueness of the site which forms the basis for an independently determined monopoly price[6]. »

 

Dans le premier cas, la rente se fonde sur l’emplacement du site et ses caractéristiques particulières, dans le cadre d’un environnement urbain sa centralité, son accessibilité. Dans le deuxième cas, la rente trouve son origine dans la  rareté du site. Il est difficile de distinguer les deux origines de la rente foncière qui se trouve dans la plupart des cas liées.

« Harvey suggests that the necessary creation of a  material physical infrastructure for production, circulation, exchange and consumption – in essence, the urban process in capitalism – is one in which a host of dramatis personae periodically enter the picture: ‘Landowners receive rent, developers receive increments in rent on the basis of improvements, builders can earn profit of enterprise, financiers provide money capital in return for interest at the same time as they can capitalize on any form of revenue accruing from the use of the built environment into fictitious capital (property price), and the state can use taxes (present or anticipated) as backing for investments which capital cannot or will not undertake but which nonetheless expand the basis for the circulation of capital’ (Harvey, 1982: 395). The Marxian theory of value therefore becomes an essential point of departure for Harvey’s understanding of how rentier practices shape and re-shapes cities[7] »

 

Le terrain est envisagé comme un produit financier dont différents acteurs extraient une rente. Le comportement de rentier touche aussi les acteurs publics qui vont chercher à maximiser leur profit par l’intermédiaire des contrats passés avec les promoteurs et des impôts, ce qui se vérifie dans le cas présent. Cependant, nous verrons que la possibilité pour les acteurs publics de maximiser leur profit, en clair d’agir comme une entreprise privé, est très fortement corrélée au cadre institutionnel national.

Les auteurs s’attachent à savoir si la trajectoire urbaine de Barcelone a été sensiblement modifié par le  projet « 22@ ». En termes de trajectoire urbaine et économique, le projet n’a rien changé, en cause…

Les mécanismes de maximisation du profit de la rente immobilière.

 

« VCF in Barcelona has been realized through the exchange of development and building permits based on plans approved by the City Council. The plans were a mixture of public and private initiatives and, in exchange for building permits, the City Council would lay claim to between 10 and 30% of the planned development, or the equivalent in monetary terms, and would charge a levy of €80 per m² of land developed (a charge updated every year)[8]. »

 

La mairie de Barcelone se comporte comme un intermédiaire qui facilite la circulation du capital et extrait une plus-value au passage. Cette vision du rôle des villes dans l’économie conduit les métropoles à se conduire en agent rationnel au sens économique et même néo-classique du terme.  Cela relève d’une dynamique capitaliste d’extraction de la plus-value : la propriété immobilière ne crée pas de richesses (no new value) mais permet d’extraire une rente de la richesse créée sur cette propriété. Nous retrouvons ici la définition de Marx évoquée précédemment.  Les promoteurs vendent à des investisseurs sans garantie sur l’avenir (à la manière d’un produit financier).

Cette spéculation immobilière entraîne  une spécialisation géographique des activités : tourisme et consommation en centre ville, espace de travail dans les quartiers rénovés où les firmes sont attirés par des prix plus bas.

Les conséquences d’une maximisation du profit à court-terme : un résultat contraire aux objectifs initiaux du projet :

« 75% of newly located companies in 22@ were in fact relocations from within the city itself. (El País, 2006).(…) By 2006, only 30% of newly located firms in 22@ were dedicated to new technologies and ICT[9]. »

 

Les faits contredisent le but affiché d’installer de petites entreprises à fort potentiel, le projet immobilier a surtout profité aux grandes firmes et à l’industrie touristique, ce qui constituait pour les parties prenantes du projet (municipalité, promoteurs, investisseurs) un investissement bien plus sûr et bien plus rentable.

« These examples show how, despite the original intentions of the 22@ plan, new urban

developments in 22@ have been treated by various agents in the process as pure financial assets: how real estate developers sought quick sales or the installation of large clients to ensure rental profit-maximization; how finance capital was attracted by large scale secure investments with rental yields of 7%[10] »

 

Les auteurs montrent comment dans différents cas (Torre Llacuna, Can Jaumandreu The PYMES-TIC Interface Building) les manipulations des droits de propriété par rapport au contrat initial permettent la spéculation financière et au conseil municipal de Barcelone de maximiser ses rentes. La municipalité cède un terrain pour une période donnée avec des conditions pour l’investisseur mais ces conditions sont généralement très vite modifiées, dès lors qu’elles permettent un accroissement de la rente.

« In 2008, forty requests were made by local firms for office space of 250m² and below, all of which were unsuccessful, and as developers reported the cost of transforming large floors to suit small firms to be too prohibitive[11]. »

Les effets de la crise immobilière sur le projet :

La crise de 2007 a diminué les profits liés à la spéculation immobilière cependant en 2010, la mairie continue de miser sur le projet 22@ avant de s’en remettre surtout au secteur privé à partir de 2011.Globalement, cela n’a pas changé la structure économique de l’agglomération qui reste très dépendante du tourisme et des activités à faible valeur ajoutée.

 

 

 

« Today, the economic structure of Barcelona today remains symptomatic of the general picture for Spain. Through the 1990s and 2000s, Barcelona further shifted towards a service economy (82.9% of economic activity, 69.4% of employment by 2006) – a trend accelerated by the increasing significance of tourism and the related relocation of industrial activity outside the city due to rising land prices[12] »

 

Lecture critique :

Cet article prend en compte à la fois les facteurs matériels et idéels, il est en conséquence assez complet mais la perspective devrait peut être s’insérer dans un cadre plus large : l’Union Européenne et l’OCDE construisent la réussite économique d’une part dans le vocable de l’innovation et des nouvelles technologies, d’autre part, comme une responsabilité des métropoles. Dans le même temps l’Union Européenne a monopolisé la plupart des instruments économiques qui appartenaient auparavant aux Etats. Elle contrôle le budget des états membres de la zone euro (Two pack), la politique monétaire (BCE) et la politique commerciale (Acte unique). Si l’économie est construite comme un problème national et local (les discours de l’Union Européenne continuent d’imputer la responsabilité des résultats économiques aux Etats), tous les instruments de politiques économiques sont désormais concentrés à l’échelle européenne.

Ici, les auteurs sont sans doute restés prisonniers d’une construction doxique des faits en appuyant leur réflexion sur des sources journalistiques ou institutionnelles, reprenant même les classements benchmarking d’un think tank américain.

« Two reports on urban competitiveness and economic performance ranked the city 115th and 193rd in the world (Ni and Kresl, 2010; Brookings Institute, 2011)[13] »

 

Si  les acteurs, i.e, les municipalités se prennent au jeu de la compétitivité, ce qui montre le caractère performatif du discours produit par l’OCDE et l’Union Européenne, le cadre national influence néanmoins très largement les marges de manœuvre que les municipalités ont pour mettre en œuvre des politiques tournées vers la concurrence économique des territoires. Les différences nationales restent marquantes. Alors que la mairie de Barcelone peut négocier avec les acteurs privés des contrats exigeant un retour sur investissement, en France la prospérité économique des communes affecte le budget des municipalités seulement par l’intermédiaire de la contribution économique territoriale (CET).

 

 

 

 

[1] Charlotte Halpern, Pierre Lascoumes et Patrick Le Gallès définissent un instrument de politiques publiques de la manière suivante : « dispositif à la fois technique et social qui organise des rapports sociaux spécifiques entre la puissance publique et ses destinataires en fonction des représentations et des significations dont il est porteur » in. Dir. Charlotte Halpern, Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès, L’instrumentation de l’action publique. Controverses, résistance, effets, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Gouvernances », 2014, p.17.

[2] Peter Hall, Policy paradigms, social learning and the state: the case of economic policy-making in Britain, Comparative Politics, 25(3), pp. 185-196, 1993.

[3] City of Rents: The limits to the Barcelona Model of urban competitiveness, Greig Charnock, Thomas Purcell & Ramon Ribera-Fumaz, p.1

[4] Idem, p.1

[5] Ibid, p.3

[6] Ibid, p.4

[7] Ibid,p.4.

[8] Ibid,p.8.

[9]Ibid, p.10.

[10]Ibid, p.13.

[11]Ibid, p.10.

[12] Ibid, p.15.

[13] Ibid,p.15.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.