Représenter et créer les représentations nationales : le cas français aux Jeux Olympiques de Rio. Instruments d’une sociodicée.

Nous souhaitons revenir sur un phénomène qui dans la doxa, relève de l’évidence au point d’être presque naturalisé, mais qui  repose en réalité sur une sociodicée[1] de la compétition sportive, appuyé par des instruments de représentation[2]. Il n’y a en effet rien d’évident à ce que des spectateurs s’identifient à des sportifs, partagent leurs émotions, leur volonté de victoire, quand bien même ils n’ont eux aucun profit symbolique ou matériel à attendre de cette dernière. Ils n’engagent pas non plus dans la compétition leur estime et leur considération, si bien que c’est uniquement par la mise en œuvre d’instrument de représentation qui comme les instruments de politique publique définis par Lascoumes et Le Galès[3], sont en apparence neutres mais engagent des conceptions politiques et produisent des effets non-négligeables, que le spectateur peut être déçu d’un échec qui a priori ne le concerne en rien. Ces instruments de représentations sportives construisent une sociodicée du sportif qui le transforme en représentant national, et dès lors qu’il est représentant national, il n’engage plus seulement lui-même dans la compétition mais aussi l’image de sa nation qui se trouve en concurrence avec d’autres nations. Les maillots sportifs, c’est une évidence que de le dire, sont des  uniformes qui  marquent l’appartenance de l’athlète, mais n’effacent pas ses caractéristiques particulières. L’acte sportif conté comme exploit individuel, le sportif transformé en héros ne font que renforcer la performativité du discours visant à l’instituer en représentant d’une nation qui à travers ses actes sportifs, et parfois même en dehors du stade, engage l’image de la nation toute entière.

Nous nous intéresserons ici au cas français lors des Jeux Olympiques de Rio qui se sont tenus en août 2016. Nous expliquerons comment, dans ce contexte, les acteurs politiques et sportifs ont construit une sociodicée des Jeux Olympiques comme enjeu national. Pour comprendre cette sociodicée et ses instruments, nous devons les restituer dans leur historicité- l’inconscient c’est l’histoire – et dans la période très particulière, pour le cas français, dans laquelle se sont déroulés ces jeux olympiques.

 

I-Jeux olympiques et construction nationale

1-La mythologie olympique

 

Les sources que l’on peut trouver dans la mythologie grecque quant à l’origine des jeux olympiques sont contradictoires, mais nous pouvons en dégager une signification très claire et transversale aux différentes versions. Homère fait de nombreuses références à des jeux sportifs, qu’il s’agisse de rites funéraires, (hommage à Patrocle dans le chant XXIII de l’Iliade) initiatiques, matrimoniaux. La référence la plus claire à ce qui pourrait être les jeux olympiques est faite au chant XI de l’Iliade lorsque le poète évoque des courses de char dans la plaine d’Elis. La première ode olympique de Pindare, célèbre la victoire d’Hérion  en narrant la victoire de Pélops à la course de char contre le roi de Pise en Elide (qui est confondue avec Olympe ici.), Oenomaüs, pour épouser sa fille, Hippodamie. L’alternative pour les prétendants est simple, le mariage en cas de victoire, la mise à mort en cas de défaite. Pélops vaincra le roi grâce à l’aide de Poséidon. Selon Pindare, c’est non loin du tombeau de Pélops,  où sont célébrés le vainqueur et les victimes d’Oenomaüs que se déroulent les combats olympiques, sans que l’on puisse déduire des dires du poète, un lien direct entre les jeux olympiques et la victoire de Pélops.  L’autre origine des jeux olympiques dans la mythologie grecque est la visite d’Iphitos, roi d’Elide à l’oracle de Delphes, à la recherche d’une solution pour faire cesser les guerres qui ravagent la Grèce. Suite aux conseils de l’oracle, il restaura « la trêve sacrée » et les jeux olympiques[4].

Ce détour par la mythologie est heuristique pour comprendre les jeux olympiques modernes. Trois éléments essentiels ressortent de ces mythes : l’affirmation de la puissance virile,  à travers les jeux comme rites matrimoniaux, la solennité à travers les rites funéraires, la pacification à travers la trêve sacrée.

Ces caractéristiques se retrouvent à la naissance des jeux modernes, la solennité est marqué par la cérémonie d’ouverture et de clôture, les épreuves sportives sont l’occasion pour les participants d’affirmer leur virilité dans un contexte de concurrence entre nations. (Nous verrons ce que la conception de la virilité masculine moderne doit à l’émergence des nations.) La paix et la concorde entre nations est aussi une des valeurs affichés dès le départ par l’olympisme moderne.

 

2-Jeux olympiques et construction nationale.

 

« Il y a incontestablement, en Europe, depuis le milieu du XIXe siècle, un « air du temps olympique » : « Promenades olympiques » du petit séminaire du Rondeau près de Grenoble (1832-1906), Jeux à l’antique financés par le patriote grec Zappas (1859, 1870, 1875, 1877, 1889, 1891, 1893), fouilles de l’Allemand Ernst Curtius à Olympie (1875-1881), Jeux Olympiques de Much Wenloch organisés dans le nord de l’Angleterre par le Dr Brooks depuis 1852.

Victime souvent consentante de la propagande coubertinienne, « l’historiographie olympique », souvent française, mais aussi allemande, a longtemps crédité Pierre de Coubertin (1863-1937) d’un rôle majeur, central, voire unique, dans la genèse et le développement des premiers Jeux Olympiques modernes, d’Athènes 1896 à Paris 1924[5]. »

Les jeux olympiques modernes doivent beaucoup plus à une époque qu’à une initiative individuelle.  Le Congrès international sur l’amateurisme qui se tient à la Sorbonne en juin 1894, rassemble des congressistes très homogènes, souvent docteur ou haut-fonctionnaire. L’intérêt au rétablissement des jeux est surtout marqué chez le grec Démétrios Békélias, directement mandaté par les autorités grecques et le français Pierre de Coubertin. Tous les congressistes sont fortement marqués par les valeurs de leur temps, libéralisme et patriotisme.

La tentative de Pierre de Courbertin de restaurer les Jeux Olympiques n’est d’ailleurs pas la première. Deux éléments sont essentiels pour comprendre la renaissance des jeux olympiques, d’une part le nationalisme d’une période marquée par l’effort de construction nationale, notamment en Grèce qui a bien sûr ici une importance particulière, et le philhellénisme européen suite à la guerre d’indépendance contre l’empire ottoman (1821-1829).

Les Jeux Olympiques sont crées dans un contexte où la construction nationale est achevée en Europe occidentale et si elle ne l’est pas en Europe centrale et orientale, le nationalisme a, dans ces pays depuis longtemps marqué les esprits, comme le montre le printemps des peuples en 1848 ou encore les œuvres nationalistes, (Ma Vlast (Ma patrie) de Bredrich Smetana,  les compositions de Béla Bartok) qui célèbrent la culture et les paysages de pays encore dominés par l’Empire austro-hongrois.

La création des Jeux Olympiques se fait à partir d’un cadre international sur la base d’arrangements diplomatiques entre nations.

Le nationalisme grec est une des motivations principales pour le rétablissement des Jeux. Les premières olympiades modernes sont créées par décret royal grâce au soutien financier du patriote Evangélis Zappas, un combattant de la guerre d’indépendance. Ces jeux seront cependant un échec organisationnel considérable puisqu’ils se terminèrent en émeute. D’autres olympiades eurent lieu en 1870, en 1875 puis en 1888 dans l’indifférence générale. Ces évènements ont tout de même une importance non-négligeable, ils marquent une volonté politique de rétablissement des jeux olympiques dans un objectif de construction nationale. La monarchie danoise[6] qui accède au trône en 1963 souhaite à travers les jeux asseoir son pouvoir et sa légitimité mais aussi redonner une existence diplomatique à la Grèce. Démétrios Békélias, congressiste grec à la Sorbonne en 1894, auteur et traducteur est d’ailleurs un promoteur acharné de la culture grecque en Europe. Il jouera du philhellénisme des congressistes pour que les premiers jeux modernes se tiennent à Athènes en 1896 et non à Paris à l’occasion de l’exposition universelle de 1900 comme l’aurait souhaité Pierre de Coubertin.

Le philhellénisme est un élément de contexte à prendre en compte pour comprendre le rétablissement des Jeux. Au-delà du soutien des élites et de l’opinion publique à l’indépendance grecque, celle-ci permettra une redécouverte du passé antique, où les modernes trouvent a posteriori, le reflet de leurs propres valeurs.

C’est la concordance des intérêts grecs et français qui permettra le rétablissement des Jeux olympiques. Pierre de Courbertin y voit un moyen de développer les sports et un effet pacificateur.

« Un des aspects de l’olympisme qui a le plus impressionné P. de Coubertin, c’est la trêve. Il était très attaché à l’idéal de paix et de fraternisation entre les peuples. Bien qu’appartenant à une génération traumatisée par la défaite de la France face à la Prusse en 1870, il a toujours dénoncé l’esprit de revanche de ses contemporains comme une « conception fausse et mesquine du patriotisme ». Ainsi fixa-t-il la paix, la compréhension et le respect mutuel entre individus, nationalités et races comme un des objectifs principaux des Jeux rénovés. Même si la trêve antique avait une tout autre signification, l’interprétation que Coubertin en proposait renforçait l’institution qu’il fondait en lui donnant la caution du passé antique[7]. »

Ainsi, la  catégorie nationale a très fortement marqué les Jeux Olympiques modernes, comme les autres grandes compétitions sportives internationales, du fait de leur  contexte d’émergence. Dans le cas de la création des Jeux Olympiques modernes, le nationalisme grec est également un facteur d’explication. La dimension internationale  est un pré requis à la constitution des sportifs olympiques comme représentants nationaux, ce qui ne pouvait être le cas dans les premières tentatives grecques. C’est sur cette base que va pour se développer une sociodicée nationale des Jeux Olympiques  Pour comprendre plus spécifiquement la performativité des instruments de représentation dans le cas des Jeux Olympiques de Rio, il est nécessaire de revenir sur le contexte français qui précède.

II-Les instruments spécifiques mis en œuvre pour Rio.

1-Le contexte français.

 

Les attentats perpétrés en France et les commémorations solennelles qui les ont suivies qui ont rassemblé un nombre de personnes rarement atteint dans l’histoire de France lors de manifestations publiques ont contribué à produire un fort sentiment d’appartenance nationale. (Emile Durkheim et Max Weber[8] insiste sur l’importance de la mémoire et de sa transmission dans la communalisation nationale. Le premier met également en avant le rôle des moments d’effervescence[9] ou de nationalisme chaud[10], ici les deux critères, mémoire et effervescence sont réunis.)

La coupe d’Europe de football qui développe des instruments de représentation (médiatiques, politiques) semblables à ceux des jeux olympiques en tant que sociodicée sportive se déroule un mois avant ceux de Rio en France. Le contexte est particulièrement propice pour créer une conscience nationale autour des jeux. Tout cela fait que les instruments de représentations n’en seront que plus efficaces.

2-Les instruments de représentations

 

Le tableau des médailles, mis en place par le Comité international Olympique  agrège les récompenses obtenues par nation et établit un classement de ces nations par systèmes de points. C’est un des instruments de représentation qui permet d’identifier le sportif comme un représentant national. Ainsi à travers sa victoire ou son échec, il engage plus que sa réussite individuelle mais aussi l’ensemble de la nation qui peut se retrouver plus ou moins bien classée selon son résultat.

Un endroit spécifique, le Club France a été mis en place à Rio, logé à la Sociedade Hipica Brasiliera, pour les spectateurs et athlètes français. Il permet aux spectateurs et athlètes de se retrouver et d’y venir célébrer les médailles. Cet instrument de représentation consiste à créer un espace national hors de France, situé sur le lieu de la compétition, hautement chargé en symbole nationaux et vise à produire de la communalisation nationale dans un contexte très internationalisé. François Hollande, président de la République, lors de sa visite à Rio le 4 et 5 août 2016, a visité le Club France et y a donné une conférence de presse. Il a d’ailleurs à cette occasion rappelé les attentats perpétrés en France en indiquant que «  les valeurs de l’olympisme sont très importantes au moment où des actes de barbarie se produisent ». Lier les deux évènements n’est pas neutre et permet de renforcer la conscience nationale autour des jeux olympiques, en faisant référence au caractère pacificateur du sport,  élément essentiel de la sociodicée olympique. Notons également que la Marseillaise fut entonnée avec ferveur par l’ensemble des participants à la fin de la conférence de presse.

La visite présidentielle qui s’étend sur deux jours permet à François Hollande de rencontrer le président du Comité International Olympique ainsi que les délégations étrangères en vue de promouvoir l’organisation des jeux olympiques à Paris en 2024. Il est d’ailleurs accompagné par Anne Hidalgo, maire de Paris. La candidature de la ville de Paris à l’organisation des jeux olympiques et l’enjeu de promotion autour des jeux de Rio permet aussi de créer une conscience nationale dans un contexte où la France se retrouve en concurrence avec d’autres nations.

Le presse écrite et la télévision française ont sans doute joué le rôle principal en tant qu’elles sont l’intermédiaire entre les sportifs et les politiques, producteurs de représentation nationale et le public de l’autre qui adhèrent à cette représentation à la fois symbolique et descriptive, selon la typologie d’Hanna Pitkin[11].

mychart

Le graphique montre que la presse écrite française augmente progressivement les sujets consacrés aux jeux olympiques à partir du début de l’année 2016 et sensibilise ainsi l’opinion nationale à cette question.  Les jeux olympiques sont plus évoqués dans le mois qui les précède que durant le mois où ils se déroulent. Nous pouvons l’interpréter comme un effort de mobilisation du public à cet enjeu.

 

Les reportages sur les origines locales des athlètes, leur profession, autrement dit la dimension descriptive de la représentation, permet de créer une identification chez le public. L’indentification  locale, loin d’être opposé à l’identification nationale la renforce par l’imprégnation  de la catégorie nationale des groupes locaux et par la quotidienneté des rapports qu’entretiennent dans ces groupes l’individu.

Maurice Halbwachs nous aide ici à penser « l’interpénétration du quotidien et du national »

« Dans ce cadre, l’hypothèse forte d’Halbwachs est qu’on ne peut comprendre l’incorporation du national que parce que tous les groupes, qu’ils soient familiaux, professionnels ou locaux, sont, de manières différenciées, marqués par l’empreinte du national. C’est par le biais de ces groupes, au sein desquels l’individu est immergé quotidiennement, que le national conditionne le « psychique individuel » et que se produit une socialisation plurielle et un sentiment d’appartenance. (…)

Interpénétration d’abord, car les groupes économiques, familiaux et locaux tendanciellement nationalisés constituent les principaux vecteurs de l’incorporation du national. Nombres d’exemple de La Mémoire collective illustrent comment l’histoire nationale extérieure à l’individu s’ancre dans la quotidienneté et le for intérieur des acteurs par le biais du groupe domestique et de la matérialité de l’espace vécu. Que ce soit la décoration, l’ameublement, la topographie de l’habitation et du quartier ou encore l’attitude et les récits des adultes, ces groupes inscrivent la nation dans l’environnement immédiat des acteurs mêmes les plus éloignés du foyer. Interpénétration ensuite, car les normes du foyer ne sont pas reproduites à l’identique dans les autres groupes sociaux. Suivant les propres mots de l’auteur, elles sont « traduites », « transposées» en fonction des intérêts, des univers de sens et de croyances propres à chaque foyer. Si le langage est un cadre social nationalisé, il est retraduit en fonction du groupe dans lequel il est utilisé[12]. »

Ici la retraduction est opérée par les journalistes. En présentant un sportif comme  « issu des banlieues » ou des campagnes, d’une région particulière, ils font appel à la mémoire du public qui a inscrit des catégories nationales dans ses représentations locales.

3- Comparaisons historiques et internationales : le cas de l’URSS et de l’Ethiopie.

 

Dès 1928, l’URSS tente de mettre en place une compétition équivalente aux jeux olympiques les Spartakiades internationales[13].  Après son acceptation au Comité internationale Olympique, le 7 mai 1951, elle participe aux Jeux olympiques d’Helsinki en 1952 puis à Melbourne en 1956. Les sportifs sont utilisés comme des outils de promotion du communisme, non seulement dans les performances sportives, mais aussi par une éducation à la culture et à l’histoire du pays d’accueil, par des consignes très strictes et explicites en matière de comportement. Le sportifs visitent également des usines, participent à des conférences, vont à la rencontre des habitants… Les déplacements internationaux servent aussi à renforcer la conscience politique et nationale des athlètes puisqu’ils sont l’occasion de visiter les lieux symboliques du mouvement communistes mondial.  Renforcer la conscience nationale d’élites sportive est sans doute un moyen indirect de renforcer celles de l’ensemble des citoyens, dans une communication à double étage[14].

Ici le cas est extrêmement proche de ce que peuvent mettre en place d’autres nations (recréer des espaces nationaux à l’étranger, création d’une conscience nationale, promotion internationale) à un détail près, il s’agit ici de représenter et créer les représentations d’une nation mais aussi d’une idéologie.

L’Ethiopie est également un cas intéressant de nationalisme sportif. Comme le note Benoît Gaudin[15], le sport a été importé en Ethiopie par les colonisateurs, il devient pendant tout le premier vingtième siècle, un espace où s’exprime un patriotisme qui consiste à vouloir battre le colonisateur sur son propre terrain. Ce n’est qu’avec l’invasion italienne et après la seconde  guerre mondiale que le sport deviendra nationaliste. L’auteur montre que loin, d’être lié à des caractéristiques biologiques souvent évoquées, les succès de l’athlétisme éthiopiens sont fortement corrélés à l’émergence de cette discipline comme nationaliste et non seulement nationales car se met en place, à partir des Jeux Olympiques de Melbourne en 1956, où il y a absence totale de résultats sportifs,  « une exacerbation des enjeux d’une participation olympique » qui va conduire en Ethiopie à la mise en place d’institutions et programmes visant à la réussite de l’athlétisme éthiopien  lors des Jeux de Rome en 1960 qui remporte le marathon, grâce notamment à l’importation des méthodes d’entraînement scandinave,  ce qui permet d’écarter les explications biologiques de la réussite des athlètes éthiopiens lors des épreuves de fonds.

Ce cas est particulièrement remarquable, car nous voyons ici se développer une sociodicée de l’enjeu sportif comme enjeu national nettement différente du cas de la France ou de l’URSS puisqu’elle est fortement liée au passé colonial.

 


 Conclusion : Questionner la sociodicée : les critiques de l’histoire dominante des Jeux.

 

Comme le note Pierre Bourdieu,  « Pour étroite que soit la correspondance entre les réalités ou les processus du monde naturel et les principes de vision et de division qui leur sont appliqués, il ya toujours place pour une lutte cognitive à propos du sens des choses (…) L’indétermination partielle de certains objets autorise en effet des interprétations antagonistes[16]. »

Ainsi, les jeux olympiques peuvent aussi être interprétés dans leur dimension politique, économique, et non pas seulement  à partir de catégories sportive et nationale.

Les critiques politiques faites aux Jeux visent à briser la représentation des Jeux comme évènement sportif,  pour le présenter comme évènement commercial et le dénoncer sur le mode antilibéral[17].  Les Jeux de Pékin en 2008 ont été dénoncé en raison de l’absence de respect de la Déclaration universelle de droits de l’homme. Les instances sportives avaient d’ailleurs fait valoir à cette occasion que les jeux olympiques ne se préoccupent pas de politique mais seulement de sport, ce qui est dans le discours un retour à la sociodicée des jeux olympiques comme trêve ou le conflit politique doit être tu.  Des articles sociologiques ont quant à  eux montré  « le travail dénié »  autour des jeux lié à l’éthique du désintéressement et à la négation de leurs dimensions économiques[18] ou le caractère massif  de la précarité et de l’échec sportif[19] contre une sociodicée qui présente avant tout le sport dans le registre de la réussite et de la victoire. Questionner les représentations qui  sont produites autour des évènements sportifs internationaux permet de montrer que les liens entre sport et nation n’ont rien a priori d’évident, qu’il relève d’une construction historique et d’expliciter les mécanismes de cette construction  historique qui doivent au temps long  aussi bien qu’à une réactivation récurrente, via des instruments de représentation, d’une sociodicée du sport comme enjeu national.

 

 

[1] Sur la notion de sociodicée, voir Pierre Bourdieu, La domination masculine, Seuil, 1998.

[2] Yves Déloye, Sociétés, pouvoirs, représentation, Séminaire, IEP de Bordeaux, Septembre 2016-Décembre 2016.

[3] Charlotte Halpern, Pierre Lascoumes et Patrick Le Gallès définissent un instrument de politiques publiques de la manière suivante : « dispositif à la fois technique et social qui organise des rapports sociaux spécifiques entre la puissance publique et ses destinataires en fonction des représentations et des significations dont il est porteur » in. Dir. Charlotte Halpern, Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès, L’instrumentation de l’action publique. Controverses, résistance, effets, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Gouvernances », 2014, p.17.

[4] La mythologie parle ici de restauration bien qu’aucun évènement de ce type ne soit évoqué de manière certaine antérieurement.

[5] Patrick Clastres, La renaissance des Jeux Olympiques, une invention diplomatique, Outre-Terre 2004/3 (no 8), p. 281-291, pp.281-282.

[6] Suite au renversement d’Othon Ier, Guillaume de Danemark est proposé par les puissances protectrices (France, Grande Bretagne, Russie) et élu par l’assemblée nationale grecque en 1863.

[7] Françoise Étienne et Roland Étienne, Les Jeux Olympiques de 1896 : réflexions sur une renaissance, Études balkaniques numéro 11 ; 2004, p.6

[8] Émile Durkheim, La science sociale et l’action, Paris, PUF, 1987, p. 170  et Max Weber,

Économie et société, tome II, Paris, Pocket, 1995, p. 141.

[9] Olivier Ihl, La fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996, p. 19.

[10] Michael Billig, Banal Nationalism, Londres, Sage Publications, 1995, pp. 43-46.

 

[11] Hanna Fenichel Pitkin, The concept of representation, University of California Press, Berkeley, 1967.

[12] Sylvain Antichan,  Penser le nationalisme ordinaire avec Maurice Halbwachs ,

Raisons politiques 2010/1 (n° 37), pp. 17-26, pp. 19, 21,22.

[13] Sur l’utilisation des sportifs comme représentants par le régime soviétique voir Sylvain Dufraisse,  Démontrer la puissance et parfaire les esprits. Pratiques et objectifs des délégations sportives soviétiques à l’étranger, 1952-fin des années 1960, Les Cahiers Sirice 2016, numéro 16, pp. 35-45.

[14] Sur la nation de communication à double étage voir  Paul Lazarsfeld,, Bernard Berelson, Haezl Gaudet, The People’s Choice: How the Voter Makes Up His Mind in a Presidential Campaign, Columbia University Press, New York, 1948 et Elihu Katz, The Two-Step Flow of Communication: An Up-To-Date Report on an Hypothesis, Political Opinion Quarterly, numéro 21, pp. 61-78.

[15] Benoît Gaudin,  Athlétisme et nationalisme dans l’Éthiopie des années 1920-1960, Sciences sociales et sport 2008, numéro 1, pp. 49-78.

[16] Pierre Bourdieu La domination masculine, op.cit., p.28

[17] Albert Jacquard, Halte aux Jeux, Paris, Stock, 2004,

[18] Sébastien Fleuriel,  Le travail dénié et les jeux olympiques : entre passions et intérêts, Sociétés contemporaines 2006, numéro 63, pp. 85-103.

[19] Sébastien Fleuriel, Les Jeux olympiques. Des athlètes précaires au service de dirigeants vertueux, Savoir/Agir, 2011, numéro 15, pp. 33-38.

Lecture critique : City of Rents: The limits to the Barcelona Model of urban competitiveness

Lecture critique de l’article  de Greig Charnock, Thomas Purcell & Ramon Ribera-Fumaz.

 

La construction du problème par les acteurs : la ville comme espace compétitif.

L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique), l’UE (Union Européenne) ont conçu l’échelle métropolitaine (urban scale) comme territoire idéal pour mener des politiques de compétitivité, dans une construction du problème qui rend les villes responsables de leur situation économique. Il est intéressant de noter que cette formulation du problème en termes de compétitivité introduit un changement d’instruments[1] dans les politiques économiques qui auparavant étaient surtout pensées à l’échelle nationale en termes de politiques budgétaire, monétaire, commerciale. Elle introduit aussi un nouveau paradigme[2] celui des « competitives cities »[3]. L’introduction de ce nouveau paradigme ne remplace pas l’ancien, puisque les Etats sont toujours tenus pour comptables, à la fois par les citoyens et par les institutions européennes de l’état des indicateurs économiques nationaux. Pour le dire autrement, le problème du résultat économique n’a pas été entièrement déplacé à l’échelle métropolitaine.

« Cities must enhance their competitiveness or suffer the consequences of economic decline, social disintegration, and urban decay (…) Furthermore, it is widely accepted that the urban scale can better foster a ‘milieu of innovation’[4] »

La construction du problème peut être résumée ainsi :

1) Le capitalisme est aujourd’hui fondé sur une économie du savoir et de l’innovation

2) Les villes sont le milieu par excellence de l’innovation

3) Les villes sont en concurrence pour capter cette nouvelle activité économique et doivent donc se rendre compétitive.

Le paradigme des « competitives cities » s’inscrit plus globalement dans un paradigme néolibéral d’extension de la concurrence, ici aux métropoles.

Le cadrage théorique : une réflexion appuyé sur une théorie marxiste de la plus-value.

L’étude du modèle barcelonais de compétitivité est opérée avec la théorie marxiste de la plus-value et la compréhension des processus urbains de David Harvey qui applique le concept de plus-value à son objet.  Le projet urbain qui vise à développer l’économie du savoir (Knowledge based economy) à Barcelone est  analysé comme une captation des rentes urbaines, conduite par des agences publiques, des promoteurs où la propriété et le terrain est vu comme un produit financier sur lequel il faut maximiser le profit.

Cadrage historique : un projet qui s’inscrit dans une trajectoire urbaine.

La régénération urbaine de Barcelone commence avec les JO et se poursuit jusqu’en 2011. La particularité du modèle barcelonais est le  rôle central de la municipalité comme planificateur. La régénération du quartier de Poblenou (le projet 22@) sur lequel se concentre l’article, s’inscrit dans une volonté politique plus large de sortir l’économie barcelonaise de sa dépendance au tourisme.  Le flou sémantique qui entoure la notion de Knowledge Base Economy (KBE)  et l’absence d’identification de facteurs qui peuvent influencer sa réussite  font que les auteurs renoncent à fonder une étude scientifique en ces termes. Nous verrons cependant que l’utilisation abondante d’éléments doxiques (sources journalistiques et institutionnelles) n’est pas sans poser problème par ailleurs dans cette étude.

Définition des concepts.

L’emploi de la notion de plus-value permet de mettre en lumière les facteurs matériels du renouvellement urbains. L’analyse se concentre sur le financement de la captation de la valeur (Value Capture Financing) par le conseil municipal en  stimulant l’investissement privé, plus simplement sur les levées de fonds par le conseil municipal en vue d’opérations immobilières. Cette logique de captation de rente et de spéculation financière n’a rien à voir avec une organisation efficace des moyens de production et d’échange, ce qui aura des conséquences directes en termes d’écart entre les objectifs affichés (développer l’économie du savoir et de l’innovation) et le résultat final du projet.

Les auteurs reprennent la définition de K. Marx de la rente immobilière que David Harvey reprend pour expliquer les processus urbains dans le capitalisme actuel :

 

« Following Marx, in Volume III of Capital, we begin with the claim that the basis of ground-rent in capitalism is ‘that certain persons enjoy the monopoly of disposing of particular portions of the globe as exclusive spheres of their private will to the exclusion of all others’[5] »

 

« For Harvey, urban monopoly rents can arise in two, often intersecting, scenarios: first, indirectly, when ‘social actors control some special quality resource, commodity, or location, which in relation to a certain kind of activity, enables them to extract monopoly rents from those desiring to use it’ (Harvey, 2001: 395); and second, directly, when land itself is traded, such as through real estate investment speculating upon future values, denoting that it is the uniqueness of the site which forms the basis for an independently determined monopoly price[6]. »

 

Dans le premier cas, la rente se fonde sur l’emplacement du site et ses caractéristiques particulières, dans le cadre d’un environnement urbain sa centralité, son accessibilité. Dans le deuxième cas, la rente trouve son origine dans la  rareté du site. Il est difficile de distinguer les deux origines de la rente foncière qui se trouve dans la plupart des cas liées.

« Harvey suggests that the necessary creation of a  material physical infrastructure for production, circulation, exchange and consumption – in essence, the urban process in capitalism – is one in which a host of dramatis personae periodically enter the picture: ‘Landowners receive rent, developers receive increments in rent on the basis of improvements, builders can earn profit of enterprise, financiers provide money capital in return for interest at the same time as they can capitalize on any form of revenue accruing from the use of the built environment into fictitious capital (property price), and the state can use taxes (present or anticipated) as backing for investments which capital cannot or will not undertake but which nonetheless expand the basis for the circulation of capital’ (Harvey, 1982: 395). The Marxian theory of value therefore becomes an essential point of departure for Harvey’s understanding of how rentier practices shape and re-shapes cities[7] »

 

Le terrain est envisagé comme un produit financier dont différents acteurs extraient une rente. Le comportement de rentier touche aussi les acteurs publics qui vont chercher à maximiser leur profit par l’intermédiaire des contrats passés avec les promoteurs et des impôts, ce qui se vérifie dans le cas présent. Cependant, nous verrons que la possibilité pour les acteurs publics de maximiser leur profit, en clair d’agir comme une entreprise privé, est très fortement corrélée au cadre institutionnel national.

Les auteurs s’attachent à savoir si la trajectoire urbaine de Barcelone a été sensiblement modifié par le  projet « 22@ ». En termes de trajectoire urbaine et économique, le projet n’a rien changé, en cause…

Les mécanismes de maximisation du profit de la rente immobilière.

 

« VCF in Barcelona has been realized through the exchange of development and building permits based on plans approved by the City Council. The plans were a mixture of public and private initiatives and, in exchange for building permits, the City Council would lay claim to between 10 and 30% of the planned development, or the equivalent in monetary terms, and would charge a levy of €80 per m² of land developed (a charge updated every year)[8]. »

 

La mairie de Barcelone se comporte comme un intermédiaire qui facilite la circulation du capital et extrait une plus-value au passage. Cette vision du rôle des villes dans l’économie conduit les métropoles à se conduire en agent rationnel au sens économique et même néo-classique du terme.  Cela relève d’une dynamique capitaliste d’extraction de la plus-value : la propriété immobilière ne crée pas de richesses (no new value) mais permet d’extraire une rente de la richesse créée sur cette propriété. Nous retrouvons ici la définition de Marx évoquée précédemment.  Les promoteurs vendent à des investisseurs sans garantie sur l’avenir (à la manière d’un produit financier).

Cette spéculation immobilière entraîne  une spécialisation géographique des activités : tourisme et consommation en centre ville, espace de travail dans les quartiers rénovés où les firmes sont attirés par des prix plus bas.

Les conséquences d’une maximisation du profit à court-terme : un résultat contraire aux objectifs initiaux du projet :

« 75% of newly located companies in 22@ were in fact relocations from within the city itself. (El País, 2006).(…) By 2006, only 30% of newly located firms in 22@ were dedicated to new technologies and ICT[9]. »

 

Les faits contredisent le but affiché d’installer de petites entreprises à fort potentiel, le projet immobilier a surtout profité aux grandes firmes et à l’industrie touristique, ce qui constituait pour les parties prenantes du projet (municipalité, promoteurs, investisseurs) un investissement bien plus sûr et bien plus rentable.

« These examples show how, despite the original intentions of the 22@ plan, new urban

developments in 22@ have been treated by various agents in the process as pure financial assets: how real estate developers sought quick sales or the installation of large clients to ensure rental profit-maximization; how finance capital was attracted by large scale secure investments with rental yields of 7%[10] »

 

Les auteurs montrent comment dans différents cas (Torre Llacuna, Can Jaumandreu The PYMES-TIC Interface Building) les manipulations des droits de propriété par rapport au contrat initial permettent la spéculation financière et au conseil municipal de Barcelone de maximiser ses rentes. La municipalité cède un terrain pour une période donnée avec des conditions pour l’investisseur mais ces conditions sont généralement très vite modifiées, dès lors qu’elles permettent un accroissement de la rente.

« In 2008, forty requests were made by local firms for office space of 250m² and below, all of which were unsuccessful, and as developers reported the cost of transforming large floors to suit small firms to be too prohibitive[11]. »

Les effets de la crise immobilière sur le projet :

La crise de 2007 a diminué les profits liés à la spéculation immobilière cependant en 2010, la mairie continue de miser sur le projet 22@ avant de s’en remettre surtout au secteur privé à partir de 2011.Globalement, cela n’a pas changé la structure économique de l’agglomération qui reste très dépendante du tourisme et des activités à faible valeur ajoutée.

 

 

 

« Today, the economic structure of Barcelona today remains symptomatic of the general picture for Spain. Through the 1990s and 2000s, Barcelona further shifted towards a service economy (82.9% of economic activity, 69.4% of employment by 2006) – a trend accelerated by the increasing significance of tourism and the related relocation of industrial activity outside the city due to rising land prices[12] »

 

Lecture critique :

Cet article prend en compte à la fois les facteurs matériels et idéels, il est en conséquence assez complet mais la perspective devrait peut être s’insérer dans un cadre plus large : l’Union Européenne et l’OCDE construisent la réussite économique d’une part dans le vocable de l’innovation et des nouvelles technologies, d’autre part, comme une responsabilité des métropoles. Dans le même temps l’Union Européenne a monopolisé la plupart des instruments économiques qui appartenaient auparavant aux Etats. Elle contrôle le budget des états membres de la zone euro (Two pack), la politique monétaire (BCE) et la politique commerciale (Acte unique). Si l’économie est construite comme un problème national et local (les discours de l’Union Européenne continuent d’imputer la responsabilité des résultats économiques aux Etats), tous les instruments de politiques économiques sont désormais concentrés à l’échelle européenne.

Ici, les auteurs sont sans doute restés prisonniers d’une construction doxique des faits en appuyant leur réflexion sur des sources journalistiques ou institutionnelles, reprenant même les classements benchmarking d’un think tank américain.

« Two reports on urban competitiveness and economic performance ranked the city 115th and 193rd in the world (Ni and Kresl, 2010; Brookings Institute, 2011)[13] »

 

Si  les acteurs, i.e, les municipalités se prennent au jeu de la compétitivité, ce qui montre le caractère performatif du discours produit par l’OCDE et l’Union Européenne, le cadre national influence néanmoins très largement les marges de manœuvre que les municipalités ont pour mettre en œuvre des politiques tournées vers la concurrence économique des territoires. Les différences nationales restent marquantes. Alors que la mairie de Barcelone peut négocier avec les acteurs privés des contrats exigeant un retour sur investissement, en France la prospérité économique des communes affecte le budget des municipalités seulement par l’intermédiaire de la contribution économique territoriale (CET).

 

 

 

 

[1] Charlotte Halpern, Pierre Lascoumes et Patrick Le Gallès définissent un instrument de politiques publiques de la manière suivante : « dispositif à la fois technique et social qui organise des rapports sociaux spécifiques entre la puissance publique et ses destinataires en fonction des représentations et des significations dont il est porteur » in. Dir. Charlotte Halpern, Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès, L’instrumentation de l’action publique. Controverses, résistance, effets, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Gouvernances », 2014, p.17.

[2] Peter Hall, Policy paradigms, social learning and the state: the case of economic policy-making in Britain, Comparative Politics, 25(3), pp. 185-196, 1993.

[3] City of Rents: The limits to the Barcelona Model of urban competitiveness, Greig Charnock, Thomas Purcell & Ramon Ribera-Fumaz, p.1

[4] Idem, p.1

[5] Ibid, p.3

[6] Ibid, p.4

[7] Ibid,p.4.

[8] Ibid,p.8.

[9]Ibid, p.10.

[10]Ibid, p.13.

[11]Ibid, p.10.

[12] Ibid, p.15.

[13] Ibid,p.15.

Figures Paysannes, Tome II disponible chez votre libraire à Bordeaux, à Toulouse et partout en France.

Vous pouvez vous procurer Figures Paysannes, Tome II, recueil de contributions qui tente de faire le point sur l’évolution des paysans et du monde rural, chez la librairie Mollat à Bordeaux, Ombres Blanches à Toulouse, et partout en France avec la FNAC.

https://www.mollat.com/livres/1634243/figures-paysannes-en-france-mythes-regards-et-societes-volume-2

Vous y trouverez, entre autres, notre contribution La transmission du métier d’agriculteur en Creuse.

Les bénéfices des ventes sont reversés à l’association Les Amis du Vieux Nérac.

Champs sociologiques

Champs sociologiques est un carnet de sociologie qui étudie ses objets principalement par la théorie des champs et les approches néo-institutionnalistes, mais qui ne s’interdit aucun apport théorique. Champs sociologiques proposera également des articles d’épistémologie et des lectures critiques.